Geoffray « Résister à l’écrasement de la lutte des classes »

Bonjour à tous ! Amis fans de pédagogie, d’école où il fait bon vivre, ou curieux des internets !

Durant la troisième étape de mon voyage, je vais à Saint Denis voir Geoffray. Geoffray  est professeur des écoles depuis 10 ans. Il a une classe multi-âge du CP au CE2 et travaille en pédagogie Freinet, comme Véronique et Juliette à Bobigny que j’ai été voir la semaine d’avant.

La classe de Geoffray

C’est drôle de voir que les classes peuvent avoir la même pédagogie mais pour autant ne pas du tout se ressembler ! Même si l’organisation est la même (travail individualisé à l’aide de plan de travail le matin et ateliers proposés par les élèves l’après-midi), chaque professeur des écoles apporte sa couleur, son identité à sa classe. Pour moi, qui vais voyager ces prochains mois à la rencontre de différentes écoles, ça promet des observations enrichissantes !         

Dès le premier jour, la gouaille et l’allure de Geoffray me plaisent. Le genre de personne sans faux-semblant, entier, avec qui le contact passe directement.

Lorsque j’arrive dans sa classe, le projet de la matinée, choisi et organisé par les élèves, est d’aller passer quelques heures dans la cantine de l’école pour comprendre comment elle fonctionne. Avec les dames qui travaillent là et Souleymane le responsable, ils·elles mettent la table, parcourent les cuisines et lavent les fruits qui seront distribués aux autres enfants, lors du déjeuner. J’ai l’impression d’être dans une petite ruche où les élèves super débrouillards et autonomes, échangent, vivent et apprennent dans une joyeuse énergie. Aller trouver dans l’environnement immédiat des enfants des éléments propres à l’apprentissage, qui inspirent et donnent envie, est un point clé de la pédagogie Freinet. Geoffray m’explique par exemple qu’un jour, lors  d’une sortie, ses élèves ont croisé des personnes âgées de la maison de retraite en face de l’école. Ils·elles ont soumis au conseil de classe, l’idée de faire des activités en partenariat avec les retraités. Depuis, un vrai lien intergénérationnel s’est créée autour d’ateliers de théâtre, de poterie, de musique… Et ce lien est d’autant plus important dans une grosse ville comme Saint-Denis, un quartier où le rapport à l’urbanité est fort.

Pour Geoffray, l’aspect collectif du travail est important : même si il est seul dans sa classe, il décloisonne beaucoup avec ses collègues, l’après-midi par exemple lors des ateliers où les classes se mélangent. Fonctionner tous·tes de la même manière permet aussi un passage plus facile aux classes supérieures. Les enfants sont autonomes dans leur travail et connaissent déjà le fonctionnement des plans de travail, des ceintures de comportements, etc.

Cet après-midi, il neige à gros flocon. Alors les instits bousculent le programme de la journée pour aller faire des batailles de boules de neige dans le parc à côté. Se saisir des opportunités du moment encore…

Geoffray, qui se définit comme militant pédagogique, me dit que son travail aujourd’hui à Saint Denis, c’est de donner à ces enfants des outils pour se construire, pour résister à l’écrasement de la lutte des classes. Il me parle de l’importance de l’apprentissage du langage et cite le chanteur Rocé : « Tu restes prisonnier par tes habitus, l’accent, le verbe, la phrase te reflète, te ressemble (…)  t’as pas encore conscience que le langage est ton passeport, plus tard faudra que tu parles bien ou bien que tu parles fort. »

Apprendre à maîtriser « la langue des élites » comme il l’appelle, tout en gardant la richesse du verlan, c’est un bagage essentiel pour que ces enfants soient armé·es face à la société qui les attend. Pour lui, utiliser la pédagogie Freinet, c’est  leur donner une belle idée de ce qu’est la démocratie et de comment elle fonctionne, avec des conseils, des prises de décisions en commun… Il s’agit grâce à l’école de donner aux enfants une conscience de soi, de leur montrer qu’ils peuvent agir sur des décisions et défendre des luttes pour eux et pour les autres.

Les textes libres, pour décomplexer le rapport à l’écriture

Pendant les pauses on parle énormément. Mais je n’enregistre pas toujours ce qu’il me dit. Alors on décide de se retrouver un soir à la fin de la semaine , à Pantin dans un lieu au calme, au centre national de la danse, pour continuer nos discussions. Nous discutons plus de 4 heures, de son enfance en banlieue parisienne à son envie de devenir instituteur pour « être utile et travailler avec les gamins« . On parle de l’engagement en général, de la lutte des classes et du capitalisme qui sclérose la société et lui donne des mauvaises valeurs. Lui pense que tout va trop vite et que les gens ne se parlent plus. Je repars remplie de ces paroles, en retard à mon rendez-vous du soir, n’ayant pas vu défiler l’heure, et j’emporte avec moi l’énergie de ses élèves, le joyeux bordel de sa classe et l’après-midi à faire du théâtre, de la poterie, la verve de Geoffray, son bagou, son militantisme et sa volonté de toujours lutter pour ne pas se satisfaire du monde qu’on nous propose.

Un extrait de notre entretien:

Cet extrait vous a plu ? Attendez la suite ! A la fin de mon voyage, les entretiens seront disponibles en intégralité. Vous êtes diffuseur et mon projet vous intéresse ? Je vous invite à me contacter. N’hésitez pas à partager autour de vous !

2 Comments

    1. Bonjour Sarly! Merci à vous pour votre témoignage, c’est avant tout pour cela que j’ai entrepris ce voyage : redonner un peu d’espoir et mettre en lumière un autre visage de la profession de professeur des écoles. Alors continuons et créons des ponts pour avancer ! 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s